"Chacun de vos mots sont reçus comme un trésor..."

jeudi 28 novembre 2013

"La place rouge"
huile sur toile - F 8

"Bonjour ! Que pensez-vous de vos peintures débutantes ?... 
C'est au cours de cette période inexpérimentée que Martine-Alison a peint "La place rouge" et ce, il y a très longtemps !
Ses premières peintures étaient hésitantes, à l'image peut-être de ces incertitudes et de son besoin d'affirmer son écriture. Depuis son art a mûri...
Je suis très heureux toutefois de vous la faire découvrir car aujourd'hui elle illustrera l'épisode neigeux que nous venons de vivre péniblement.

Martine-Alison n'aime pas du tout la neige ! Les flocons sont tombés en abondance, jusqu'à 70 centimètres, dans sa région. 
Si certains ont eu le sourire, notre artiste ne fut pas très sensible aux charmes de cet hiver précoce !

"... Icarus, lui, garde son flegme dans la neige !..."

La dollhouse se trouvait sous un épais manteau blanc quand subitement les énormes branches du magnifique chêne situé tout près se sont cassées. Dans leur chute, elles sont venues se coucher en s'enchevêtrant sur le toit. CATASTROPHE !!!

Notre artiste était désespérée devant un tel spectacle. Il fallait faire vite pour dégager le toit... Seule, elle a dû faire face à l'urgence. 
Aujourd'hui, avec un peu d'humour, je peux vous avouer qu'elle s'est comportée comme un oiseau sur le toit ! 
Elle ne réalisait plus le danger qu'elle encourait de se trouver ainsi perchée. La rage au ventre, elle dégageait et sciait les nombreuses branches. Ce fut croyez-moi fastidieux et très fatigant. La neige, elle, continuait à tomber inlassablement... 

J'ai pu souvent voir couler des larmes sur ses joues gelées... Il y avait un tel cataclysme autour d'elle, un grand nombre d'arbres se courbaient et se rompaient dans un son de bois gémissant... C'était très impressionnant.

J'ai été soulagé de voir arriver les pompiers en fin d'après-midi. Ils ont beaucoup aidé Martine-Alison à sécuriser la propriété en tronçonnant et en défrichant au mieux...

Avec l'approche de la nuit, l'horreur de ce spectacle devenait inquiétante. La noirceur funèbre des branches tranchait sur la blancheur de la neige. Il semblait que partout, avec les craquements des écorces, s'organisait une lente et mystérieuse préparation nocturne.

A cette époque de l'année, les arbres n'avaient pas encore perdu leurs feuilles. La neige était aussi très lourde...

Aujourd'hui est un jour nouveau... Martine-Alison va tenter d'effacer, jour après jour, tous ces stigmates.
Malheureusement, la beauté de son parc aura disparu !...

"... La dollhouse après son sauvetage !..."

Son sauvetage, c'est également tout ce qu'elle abrite... Ce qui est cher au " " de notre artiste !...
Juste un petit aperçu :

"... La dollhouse, son atelier, son petit coin de paradis..."

Vous vous doutez, que compte tenu des circonstances, notre artiste-bûcheronne n'a pas pu trouver la sérénité nécessaire pour peindre... De plus, son corps entier était cassé... Il était plein d'une douloureuse fatigue.

Avant de m'envoler rejoindre et consoler Martine-Alison, je vous offre les couleurs de sa palette qui souvent s'autorise à faire oublier tout ce qui est morose !... Je vous dis, bye."

Léo, le toucan.