"Chacun de vos mots sont reçus comme un trésor..."

dimanche 28 février 2010


"Aujourd'hui relâche..."

"Il faut prendre le temps parfois de se délasser. Prendre le temps de se balader, de s'attarder et d'observer.
Faites comme moi aujourd'hui allez cueillir les premières pâquerettes. Je vous dis bye." Léo, le toucan.

samedi 27 février 2010

"L'enfant et le coq. - Pastel"

"Martine-Alison s'est essayée à créer un pastel. Elle n'en avait jamais fait. Il faut qu'elle se familiarise avec ces bâtons pigmentés! Toutefois ce que je lui reproche, c'est le sujet. Pourquoi un coq ? Ne suis-je pas plus beau ? En plus, je le trouve un peu prétentieux... Il gonfle son thorax.
Avez-vous remarqué le sucre d'orge dans la poche de l'enfant ?
Ne serait-il pas gourmand ce coq ? Ne lui fait-il pas du charme pour en avoir un morceau ?

Pourquoi ne pas se laisser aller à la gourmandise aujourd'hui ? On peut aussi gourmander en regardant un beau tableau... Je vous dis bye." Léo, le toucan.

vendredi 26 février 2010



"Les parachutes sont dans le ciel !..."

"Martine-Alison est satisfaite ce matin. Elle a placé ses parachutes dans le ciel de son dessin. Pourquoi des parachutes ? Elle a un ami peintre, Georges Frixtalon, qui un jour lui a dit : "tes nuages me font penser à des parachutes". Depuis elle les appelle ainsi.
Mon copain lui aussi est ravi. Il a son univers de peint.
Aujourd'hui la lumière est magnifique, le ciel est artistiquement parfait. Prenez le temps de lever les yeux au ciel et d'apprécier ou de vous étonner... Depuis l'enfance, les nuages font partie de notre admiration. Soyez admiratif... Je vous dis bye." Léo, le toucan.

jeudi 25 février 2010


"Le dessin est né le même jour que cette petite pâquerette..."



"Je suis fier de vous présenter le dernier dessin de Martine-Alison. Dites donc, elle a dessiné un incroyable copain! J'aime ça. Je ne sais pas si vous arriverez à distinguer et à comprendre tous les traits qu'elle a réalisés. Moi de près, j'y parviens. Je vous invite à venir regarder l'évolution de la toile. Régulièrement des photos seront exposées sur le blog.

Elle souhaitait créer une petite femme en mouvement. Mais où veut-elle aller ? Après qui court-elle ? L'amie de Martine-Alison, Susan lui confiait hier soir en scrutant son croquis : "Je ne remarque pas la petite grenouille sur le dessin (on la retrouve très souvent dans ses peintures). Il se pourrait qu'elle se soit transformée en prince charmant! Donc, ne chercherait-elle pas à le rattraper ?..."

On court tous après un prince charmant, n'est-ce pas ? Aujourd'hui essayez de faire plaisir à votre prince charmant, sans trop lui courir après !! Je vous dis bye." Léo, le toucan.


mercredi 24 février 2010


"Dessin d'enfance (bis)"

"Martine-Alison va s'évader une fois encore à la dollhouse. Son dessin progresse... Chut, je ne dis rien!

Je vous avais fait découvrir quelques dessins d'enfance de Martine-Alison.
Au dos de celui-ci il est indiqué qu'elle avait alors 10 ans.
Je m'aperçois qu'elle avait peint de la neige! Elle ne s'en souvenait certainement pas. Ce dessin est peint à la gouache.

Il est radicalement différent de ce qu'elle peint de nos jours. Toutefois, elle ne craignait pas de mettre de la couleur... Qu'en pensez-vous ?

Hier soir, j'ai entendu quelques oiseaux chanter. Serait-ce les prémices du printemps ? Je m'en vais faire un tour dehors... Tendez l'oreille, vous les entendrez peut-être aujourd'hui. Je vous dis bye." Léo, le toucan.

mardi 23 février 2010

"Eglantine aux ricochets meringués"

Il est tôt ce matin, je bois lentement mon thé aux agrumes. Tout est calme...
Léo, le toucan vous a expliqué qu'il ne fallait pas me déranger lorsque je dessinais. Effectivement, si je sens une présence, je ne parviens pas à me concentrer et à concrétiser ce que je veux dessiner. Accompagnée d'un bâton d'encens qui se consume, seule une petite musique, ma petite musique est consentie. J'allume quelques petites bougies et je laisse alors ma tête voyager.
Je ne vous parlerai pas, pas encore, de ce futur bébé bonheur (lorsqu'une toile prend vie, elle devient mon bébé. Je suis un peu "fruitcake"!). J'attendrai que le dessin soit achevé...

Pourquoi, je vous montre Eglantine aux ricochets meringués ? Elle me fait penser que dimanche j'ai confectionné des meringues!
Lorsque j'ai peint cette toile, c'était la première fois que je peignais la neige. Pour moi, ce fut un véritable défi puisque je n'apprécie pas particulièrement cette matière froide!
J'éprouve un sentiment de panique lorsque je me retrouve dans la neige. Je n'ai pas ce qu'on appelle, le relief. Et du relief, il fallait que j'en apporte en appliquant la peinture sur ma toile. Il était nécessaire que je joue avec les nuances, mais en douceur.
Depuis, j'ai peint une autre toile avec de la neige. Je vous la ferai découvrir une prochaine fois.

Aujourd'hui je retourne à la dollhouse poursuivre le voyage que j'ai ébauché... Et vous qu'allez-vous faire ? Rêver un peu ou surpasser un défi ? Bonne journée.


lundi 22 février 2010

"Chut! revenez ce soir..."

"Aujourd'hui il ne faut pas déranger Martine-Alison. Elle s'est calfeutrée dans sa dollhouse. Une toile vierge est installée sur le chevalet. Je la soupçonne de créer une nouvelle histoire. Elle ne supporte pas d'être perturbée, elle a besoin de se sentir seule pendant qu'elle esquisse.
Je vous convie à revenir consulter le blog ce soir, je vous en dirai davantage... en attendant je vous dis bye." Léo, le toucan.


"Je suis de retour!"

"Martine-Alison est sortie assez contente de la dollhouse. J'imagine que son dessin progresse bien. Je n'ai aucune photo à montrer pour vous en apporter la confirmation. De toute façon, en cours de réalisation, elle n'aurait pas accepté de vous le montrer.
Donc patientons...

A la dollhouse, j'ai déniché de vieux dessins appartenant à Martine-Alison. Elle était âgée de 9 ans lorsqu'ils ont été effectués.
Elle avait mis en images une petite suite d'évènements, ensuite elle a utilisé de la gouache pour peindre.
Déjà elle aimait les couleurs et en observant bien, je pense qu'elle réussissait pas trop mal à les assembler.
C'est très émouvant de contempler ces dessins. Allez fouiller dans vos tiroirs, vous y trouverez peut-être d'anciens croquis qui vous replongeront dans votre enfance. Je suis certain que cela vous remplira de joie. Je vous dis bye." Léo, le toucan.

dimanche 21 février 2010



"Matin bonheur à Gassin"

"Comme je vous l'avais dévoilé le dimanche 7 février Martine-Alison n'a peint que trois toiles dans cet esprit.
Aujourd'hui je vous fais découvrir la toute première.
Elle est très enthousiaste d'avoir eu la possibilité de peindre ce petit coin de place à Gassin. Depuis cet endroit charmant a changé un peu de décor. Le restaurateur a refait sa façade, supprimé cette boîte aux lettres postale qui produisait le côté séduction des villages. Plusieurs micocouliers ont été abattus au profit d'un nombre plus important de tables...
Cette toile est allée rejoindre très rapidement d'autres "grandes soeurs". Beaucoup ont regretté de ne pas avoir été plus rapides pour l'acheter!

Connaissez-vous Gassin dans le Var ? C'est un village perché qui surplombe la presqu'île de Saint-Tropez.
Martine-Alison est très attachée à ce village et à ses habitants. Elle a vécu à Port-Grimaud pendant de nombreuses années. Déjà elle aimait flâner dans les ruelles étroites et tortueuses. De la terrasse des restaurants vous pouvez admirer un paysage magnifique. La mer s'impose à perte de vue et son bleu azur contraste avec les différents verts des forêts et des vignes qui la bordent. Chaque été vous pouvez rencontrer Martine-Alison à la Galerie du Foyer des Campagnes rue Longue à Gassin. Depuis plus d'une quinzaine d'années elle y expose son travail. Elle partagera aisément avec vous un verre de vin accompagné de tapenade (sa tapenade! et hum! elle est bonne!). Elle vous parlera de sa peinture avec toute sa sensibilité.
Prochainement, il faudra guetter dans les pages de son blog, des informations seront données sur ses futures dates et lieux d'exposition.

Il n'est pas loin de midi et nous sommes dimanche ! Un petit apéritif serait le bienvenu et pourquoi pas pour aller avec, des toasts de tapenade ? Bonne journée à tous! Je vous dis bye." Léo, le toucan.



samedi 20 février 2010

"Julia pose pour Mam'zelle Clio à l'éventail"

"Martine-Alison a un petit faible pour les dalmatiens. Julia d'Arguiller d'Anjou était arrivée dans sa vie en 1994. Elle a disparu, malheureusement, beaucoup trop brusquement. Elle a été victime d'une intoxication alimentaire. Elle se promenait sur une plage bretonne près de Quiberon et a mangé un crabe trouvé mort. Martine-Alison n'a pas eu le temps de lui retirer. Ce fut terrible, malgré tous les soins qui lui furent prodigués elle est partie au paradis des dalmatiens.
Un immense chagrin avait secoué Martine-Alison.
Elle ne pensait pas s'autoriser à aimer une autre petite chienne... Seulement, un matin très tôt, un transporteur est venu lui confier une petite boîte en bois, grillagée sur un côté. A l'intérieur se trouvait une boule de poils blancs et noirs. Les premiers instants furent très pénibles. Elle sanglotait à la vue de ce chiot. Elle ne pouvait pas s'empêcher de le comparer à Julia. Elle le trouvait si différent et je dirais même à coup sûr, moins beau que Julia. Cette petite chienne avait voyagé toute la nuit dans un train. Elle était toute apeurée. Après l'avoir délivrée de sa boîte Martine-Alison la posa au sol. Immédiatement elle alla se réfugier sur ses pieds.
Martine-Alison eut honte de ressentir cette sorte de rejet vis-à-vis de ce petit être et très vite elle le prit dans ses bras pour le câliner. La petite chienne se sentit rassurée et comme pour sceller leur nouvelle amitié elle lui lécha le nez! Cette petite chienne allait s'appeler Laura.
Beaucoup plus tard elle donnera naissance à une ribambelle de petits dalmatiens. Elle aura 2 portées avec Hermès de la colline d'Auroure. De ces deux portées vont naître Olwen et Pyrrhus de la forêt aux paons qui partagent la vie de Martine-Alison.
Sur une photo vous pouvez assister à une scène d'amour entre Laura et Olwen.
Vous aussi aujourd'hui, faites-vous câliner... Je vous dis bye." Léo, le toucan.


vendredi 19 février 2010



"Envie de douceur..."

"Eloge de la paresse serait un titre très original pour commenter la journée de Martine-Alison qui a décidé de se la jouer oisive! Cependant c'est celui de cette toile qu'elle a réalisée cet automne.

Elle nous fait partager la vie, l'espérance... Elle nous montre le monde à sa façon. Elle nous prend par la main et nous entraîne au-delà... Le bonheur nous effleure alors, j'en suis certain. Brûlantes sont les couleurs comme des mots d'amour. Un horizon plein de joies se cache au fond de son coeur...

Avez-vous aperçu mon copain ? Je vais l'inviter à venir grignoter quelques miettes avec moi. Martine-Alison se prélasse un peu mais n'oublie pas sa gourmandise. Elle vient de mettre à cuire dans le four des petits sablés bretons. Et croyez-moi qu'une délicieuse odeur embaume toute la maison ! Hummm... Qui aime peut me suivre! Que prendrez-vous ? Thé, café ou chocolat ?
Je vous dis bye." Léo, le toucan.





jeudi 18 février 2010

"Mon Ingénue"

Le monde féerique de ma petite Ingénue s'est achevé non pas sans émotion. Une sorte de peine mêlée à un ravissement m'empoigne. Je me sens subitement seule. C'était une belle aventure... J'ai peint en mettant toutes les couleurs qui me passaient par la tête pour cette petite ingénue.
Tout est permis à partir du moment que cela me fait vibrer. J'ai satisfait mon impertinente création picturale.
Après que mon travail m'est rendu heureuse, voici que j'ai les larmes aux yeux ... Je reste là, contemplative.
Il est déjà demain, je vais prendre le temps de rêver une nouvelle histoire. Elle me donnera envie peut-être de la croquer...



mercredi 17 février 2010

"Bye, bye carnaval de Venise..."

"Le carnaval de Venise s'est terminé hier soir très tard. Personne n'a envie que cette belle fête s'achève. Une part de rêve s'envole avec elle.
A l'origine les vénitiens enfilaient une longue cape noire et dissimulaient leur identité derrière un masque blanc et sous un tricorne.
Aujourd'hui, les déguisements ont évolués. Les costumes puissent leur inspiration dans ceux de la Comédie dell'Arte.
La ville toute entière se transforme, chante et danse. Venise est la ville de la séduction et du plaisir.
Mais attention! On ne se déguise pas au Carnaval de Venise. On se costume.

Je vais vous montrer deux toiles de Martine-Alison sur le thème du carnaval de Venise. La première s'intitule "Chanson de l'eau" et la seconde "Pétales de pudeur".
Martine-Alison s'est permise de satisfaire toutes les coquetteries en harmonisant au mieux les couleurs. Elle s'est défoulée... Pourtant elle n'est jamais allée à Venise. Je suis certain qu'elle serait comblée si un jour...

Tout comme le carnaval, facteur de paix, je vous souhaite beaucoup de calme et de sérénité pour peindre ou faire tout autre chose. Je vous dis bye." - Léo, le toucan.


mardi 16 février 2010



"Blonde, brune ou rousse ?"

"J'ai invité tous les congénères que vous connaissez à se déplacer pour admirer la petite ingénue. Elle porte avec grâce une lingerie fine et la couleur de sa chevelure lui va à ravir. Qu'en pensez-vous ? Certains l'auraient préférée brune ou blonde... mais Martine-Alison détenait la liberté de réalisation. Cela peut être critiquable, mais son ressenti a tranché.
Personnellement elle nous plaît fortement. Nous sommes tous là, à la dévorer des yeux!
Aujourd'hui Martine-Alison va prolonger son exaltation en peignant une nature de plus en plus prolifique. J'ai hâte de voir le résultat...
C'est peut-être sa manière à elle d'attirer le printemps et d'oublier l'hiver.
Vous souvenez-vous qu'aujourd'hui c'est Mardi Gras ? Mitonnez-vous de savoureuses bugnes! Je vous dis bye." - Léo, le toucan.

lundi 15 février 2010





"Coquillages et p'tits cailloux, près de Laura d'Arguiller d'Anjou..."


"D'où viennent ces petits bouts de coquillages et de petits cailloux ? Martine-Alison recevait chaque jour à Gassin à la Galerie du Foyer des Campagnes une longue lettre accompagnée de petits morceaux de coquillages ou de cailloux de son amie Susan du Maine. Elle les a tous conservés et réunis dans ce petit pot qu'elle garde précieusement à la dollhouse.
Sur la photo, vous pouvez remarquer une toile qu'affectionne particulièrement sa créatrice. Elle a pour nom : "Laura d'Arguiller d'Anjou". C'était le nom de sa chienne dalmatienne qu'elle a perdue au moment où elle peignait cette toile.
Laura était sa fidèle fan à l'atelier.
Martine-Alison a confié cette toile à Roy, propriétaire de la Blue Heron Gallery à Cape Cod, USA.

Réflexion :
Ces petits bouts de coquillages et de cailloux proviennent des USA.
Susan les a semé jusqu'à la dollhouse, comme dans le conte du Petit Poucet de Charles Perrault, pour que "Laura d'Arguiller d'Anjou" puisse trouver son chemin à destination de Cape Cod! A quelque part sa démarche fut un signe...

Que pensez-vous de mon cousin ?
Une petite pensée pour nos amis à quatre pattes qui s'en vont trop vite, ferait plaisir à Martine-Alison.
Je vous dis bye, je m'en vais la rejoindre à l'atelier..." - Léo.

dimanche 14 février 2010





"Valentine"

"En ce jour de Saint-Valentin avec mon acolyte nous nous envolons pour rejoindre le monde romantique de Valentine.
Aujourd'hui cette toile a retrouvé ses deux grandes soeurs : "Marouschka au sautoir bleu" et "Sans dessus dessous". Toutes les trois vivent dans le département de l'Eure pas très loin de Giverny où se situe la maison du peintre Claude Monet et de ses sublimes jardins.
Pourquoi Valentine ? Martine-Alison a achevé cette toile le jour de la Saint-Valentin. Aujourd'hui c'est son anniversaire. Pour sa créatrice l'ensemble de ses peintures incarne en quelque sorte ses bébés. Elle aime savoir où elles sont accrochées et connaître leur parents adoptifs. Un jour peut-être vous parlera-t-elle, mieux que moi, de cette émotion qui l'anime à chaque fois qu'une de ses toiles la quitte.
Je ne m'attarde pas, il faut rejoindre Valentine! Joyeuse Saint-Valentin à tous!
Je vous dis bye." - Léo.

PS : Photos de "Marouschka au sautoir bleu" et "Sans dessus dessous".

samedi 13 février 2010





"Désir des sens"

"Je vous ai mentionné hier que je vous reparlerai de cette toile qui a comme titre : "Désir des sens". Du fait de sa dimension, 80 x 80 cm, une puissance plus importante est apportée à son thème, qui était celui de la coquinerie.
J'éprouve pour cette toile une certaine similitude avec la petite ingénue que peint actuellement Martine-Alison. Délice des sens est né il y a quelques années et c'est troublant mais formidable aussi de retrouver une ressemblance. Il y a certainement dans chaque oeuvre une affiliation inconsciente.
En fouillant dans le dessin de ces deux tableaux je retrouve la petite grenouille. Est-ce un futur prince charmant ?
Avez-vous découvert qui se cache derrière l'arbre et qui semble épier la petite coquinette ?
J'ai très envie d'inviter mon semblable à rendre visite à un ami commun dans le monde de "Valentine"... N'oubliez pas demain votre Valentine ou votre Valentin!
Aujourd'hui allez fouiner dans vos anciennes toiles et essayez de trouver un rapprochement avec des oeuvres plus récentes... c'est très intéressant. Je vous dis bye." - Léo.

vendredi 12 février 2010







"Ken ensorcelle Pérouges lors de l'exposition..."

"Je souhaite vous parler de Pérouges et plus particulièrement de la Maison Cazin où Martine-Alison avait exposé en mai 2008 avec son ami Patrice, créateur de bijoux, sous le thème de "Venise".
Avez-vous remarqué sur la photo ce magnifique tilleul ? Cet arbre de la liberté fut planté en octobre 1792. La fenêtre de la maison Cazin étant ouverte je me suis octroyé un moment de liberté pour m'envoler et me rapprocher de cet arbre majestueux.
Pendant ce temps Martine-Alison prenait possession des lieux en accrochant ses toiles. C'est un travail colossal croyez-moi et il est préférable de la laisser agir à sa guise!
La maison Cazin est constituée de plusieurs salles d'expositions dont une très spacieuse à l'étage. C'est dans cette dernière que Patrice allait dévoiler ses trésors...
Lorsque je suis réapparu dans les lieux après ma petite virée tout était parfaitement disposé et arrangé. Ce qui est magique c'est de s'apercevoir que les toiles de Martine-Alison s'intègrent parfaitement bien dans ce lieu médiéval.
Elle ne me tordra pas le cou j'espère! J'ai trouvé une photo très intéressante : Martine-Alison en habit d'époque que lui avait prêté Patrice. Je peux vous avouer qu'ils se sont follement amusés pendant cette exposition... Ken, le mannequin en fut aussi le témoin. Avez-vous remarqué sur le tableau accroché près de lui mon compère ?
Je vous parlerai de cette toile prochainement.
L'hiver perdure et il est parfois bon de se souvenir de bons moments pour oublier la grisaille. Sortez vos albums et souvenez-vous... Je vous dis bye." - Léo.

jeudi 11 février 2010





"Apparition du félin"

"Je ne m'attarderai pas trop devant le chevalet, il y a peut-être un risque. Je trouve que ce gros chat a de bonnes grosses pattes et je ne voudrais pas être au menu du jour.
Je n'ai pas intérêt à faire trop de zèle. Cependant il me paraît bien calme et il ne manifeste aucune agressivité. Il a peut-être peur de moi! Ou bien il rêve à "l'ingénue"... Je vous dis bye." - Léo.

Depuis la dernière photo de l'évolution de ma toile j'ai peint à une cadence nonchalante. Un peu de fatigue ou tout simplement une nécessité insoupçonnable de laisser s'épanouir à un rythme lent la progression de mon travail, comparable à mon ingénue.
La végétation est si dense et luxuriante que je voudrais être partout pour peindre! Afin de ne pas m'y perdre j'ai peint mon félin.
Ma panthère vient de voir le jour. Ses moustaches sont absentes, elle mérite encore quelques retouches. Sa posture et sa bouille me plaisent.
Si comme chez moi la température extérieure est glaciale faites comme ma panthère restez lascivement chez vous et profitez de ce moment d'oisiveté pour rêver...

mercredi 10 février 2010






"Attention peinture fraîche!"

Si je vivais dans le Maine comme ma grande amie Susan, je comprendrais que nous soyons bloqués par autant de neige. Tout est blanc, désespérément blanc dehors! Je reconnais que le paysage est merveilleux lorsqu'il endosse sa grande cape blanche. Cependant je me sens cernée, prise au piège et cette perception d'emprisonnement m'angoisse terriblement. L'hiver est une période difficile pour moi et cette année particulièrement car il est rigoureux et long.

Je vais me transformer en bonne fée et hop la couche de neige devient couche de peinture de toutes les couleurs semblable à ma palette.
Elle est ma compagne indispensable dans mon travail de peintre. Elle ne m'a jamais quittée depuis ma première toile. Je ne l'ai jamais grattée. A chaque nouvelle toile j'accumulais des couleurs différentes. Elles fusionnaient entre elles, s'empilaient rapprochées les unes aux autres. Aujourd'hui, après de nombreuses années, elle est un véritable amoncellement de couleurs, le témoin d'incalculables heures de travail.
Je ne m'en sépare jamais. Elle a son propre coffret pour voyager. Elle est mon starter pour me préparer à peindre.
Comment nommer cette pathologie ? C'est une sorte de folie colorée qui affecte mon être tout entier. Méfiez-vous elle est peut-être contagieuse! C'est tout le mal que je vous souhaite aujourd'hui...

mardi 9 février 2010


"L'ingénue"...

"J'ai pris la liberté d'inviter mon congénère à zieuter la fameuse ingénue ! Bye." - Léo.

Hier après-midi j'examinais mon travail avant de quitter la dollhouse. Un titre m'est venu pour cette toile : "l'ingénue". Oui, aujourd'hui je vais la nommer ainsi, mais il est fort possible qu'elle soit baptisée autrement une fois achevée!
Mon ingénue, qui ne l'est pas trop, a revêtu sa peau! En principe elle devait attendre un peu pour ça. Mais un élan intense me poussait à passer outre les règles de la peinture! J'aime bien l'interdit et j'estime qu'il n'y a pas de règle. Si, une seule, la spontanéité. Je préfère faire transpirer mon coeur sur ma toile plutôt que d'appliquer des règles que je ne connais pas à coup sûr.
J'ai commencé à peindre son visage. C'est une impression étrange et aussi tellement naturelle car très rapprochant des mimiques employées chaque matin pour me maquiller. Sauf que là je la façonne en apnée.
Lorsque ses yeux apparaissent mon ingénue commence à vivre. Je la sens déjà très présente. Elle me surveille...
J'aime peindre l'essentiel dans un visage. Je ne veux pas reproduire une photo, seulement donner une âme.
Le visage de mon ingénue terminé, j'ai poursuivi en "badigeonnant" son corps.
Au fur et à mesure, à coup de pinceau, celui-ci se modelait, jonglait avec la lumière et les ombres. J'aime assez le résultat, son corps ondule bigrement!
Il est fort possible que ce matin, avec un oeil nouveau, plus critique, je sois moins emballée par mon travail et que certaines retouches soient nécessaires.
Des retouches, ma dollhouse en a besoin! Sous les yeux de mon ingénue je ferai un brin de ménage ce matin!

lundi 8 février 2010



Compte rendu de mon pseudo nettoyage de printemps!

"Martine-Alison était bien décidée à faire du rangement dans la dollhouse, mais une fois sur place, elle s'est installée devant sa toile. La chaleur des rayons de soleil qui se répandaient dans l'atelier ne l'ont guère encouragée à jouer à la femme de ménage. Elle a mis une petite musique douce, fait brûler un bâton d'encens et hop adieu la poussière pour aujourd'hui. Elle a troqué son plumeau pour un pinceau. Je pense qu'elle a eu raison, car franchement elle a bien travaillé et a éprouvé beaucoup de plaisir. Demain matin elle vous montrera comment évolue sa toile.
Comment me trouvez-vous ? Je suis perché avantageusement sur Faustine. Pendant que Martine-Alison ne peint pas nous en profitons pour jouer à l'artiste! Qu'en pensez-vous ? Elle est coquine Faustine. La toile placée sur le chevalet est unique car c'est le seul homme que Martine-Alison a peint et nu de surcroît! Je vais vous confier son titre : "Qui aime me suit".
Et vous, vous m'aimez ? Alors suivez-moi demain! Bye" - Léo


Nettoyage de printemps à la dollhouse ?


Je suis désolée mais en ce lundi je vais remettre de l'ordre dans mes petites affaires à la dollhouse, aussi je vous promets de vous retrouver très vite en fin de journée.

dimanche 7 février 2010




JOCTEUR "Boulanger de l'Ile Barbe"

"Martine-Alison va m'exploiter tous les dimanches pour que je présente une de ces anciennes oeuvres ou simplement pour vous parler d'elle et de ce qu'elle affectionne.
Aujourd'hui je vous présente deux photos. Une photo de la boulangerie de Monsieur Jocteur située vers l'Ile Barbe près de Lyon. Le dimanche matin il est très plaisant de prendre un petit café ou une tasse de thé à l'ombre de ces magnifiques acacias. Certains consomment même de délicieuses viennoiseries, et croyez-moi j'ai beau être à l'affût, ils ne me laissent aucune miette, pauvre toucan que je suis! Preuve que tout est fameux.
Cette petite place est vraiment agréable. Elle vous fait penser à ces petites places de villages provençaux. Elle a une âme et je suis certaine que ses arbres pourraient nous bafouiller des petits secrets si on comprenait leur langage lorsque la brise agite et froisse leur feuillage.
Il n'est pas ordinaire pour Martine-Alison de peindre des petits coins comme ça! Je vais vous faire une révélation, elle a peint trois toiles dans cet esprit-là. Je vous les montrerai une autre fois. La première fut crée à Gassin dans le Var et la dernière est une toile du célèbre restaurant de Monsieur Paul Bocuse à Collonges au Mont d'Or. Chut, je ne vous en dirai pas davantage!
Maintenant, à vous de me dire ce que vous en pensez. Attention, je ne fais pas partie de la composition. J'avais seulement envie de m'exhiber le temps d'une photo sur la toile de Martine-Alison!... Nous sommes dimanche, allez "bruncher" quelques part avec votre chéri(e). Bye."

samedi 6 février 2010



Le soleil apparaît...

"Salut, ce matin Martine-Alison flâne un peu. Elle observe son travail ou elle gourmande ? Elle gourmande amoureusement dirais-je. A cet étape d'avancement, tout comme un gâteau, elle savoure. Elle aime la direction que prend sa toile. Et comme pour en profiter pleinement elle veut avancer doucement, délicatement, vivre infiniment... C'est très jouissif ce stade-là de son travail, croyez-moi! Aussi je vais la laisser apprécier tranquillement et ne pas la déranger... Je lui chuchoterai à l'oreille de venir vous faire un petit signe dans la journée. Bye!"